Google Chrome s’empare de la 1ère place en Europe

Août 2013 - Baromètre des navigateurs

Envie d’en savoir plus ?

Périmètre

  • Etude réalisée du 1er au 31 août 2013
  • Périmètre de 8 036 sites web

Publiée le 01/10/2013 – Après avoir raflé en décembre 2012 la 2nde place des navigateurs à Firefox, Google Chrome devient en juillet 2013 le navigateur le plus utilisé en Europe, devant Internet Explorer, avec 27,1% des visites.

27,2% des visites pour Google Chrome en Europe en août vs 26,4% pour Internet Explorer

Le graphique suivant présente une estimation de la répartition moyenne par navigateur des visites enregistrées par les sites web en Europe sur les treize derniers mois. L’étude a été réalisée sur 23 pays européens (voir méthodologie).

Google Chrome détrône Internet Explorer et Safari se rapproche à grands pas de Mozilla/Firefox :

Juillet 2013 : Chrome devance Internet Explorer en Europe avec 27,1% de part de visites vs 26,7%

  • L’écart se creuse encore en août avec 27,2% des visites pour Chrome et 26,4% pour l’ancien leader. En 13 mois, Google Chrome enregistre ainsi une progression de près de 6 points, tandis qu’Internet Explorer en perd plus de 9.

17,8% des visites en Europe se font via Safari en août 2013 (+4,5 points en 13 mois)

  • Vs 21,3% pour Mozilla/Firefox. En août 2012, plus de 11 points séparaient les deux navigateurs contre seulement 3,5 en août 2013.

2 vitesses de progression record

  • Sur les 13 derniers mois, Google Chrome progresse en moyenne, de 0,48 point par mois, Safari de 0,40 point (Internet Explorer perd 0,79 point par mois et Mozilla/Firefox 0,25).

Les navigateurs mobiles intégrés sont développés par des constructeurs en exclusivité pour leurs terminaux mobiles (Samsung, Blackberry…)

 Chrome, N°1 en France et en Espagne, part à l’assaut de la seconde place au Royaume-Uni

Les graphiques suivants donnent les évolutions pour 4 pays européens : l’Allemagne, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Sont présentées les estimations de la répartition moyenne du top 5 des navigateurs en parts de visites, en moyenne pour les sites de chacun de ces 4 pays en août 2012 et août 2013.

Google Chrome  assoit sa position de leader en France et en Espagne

  • En Espagne, la part de visites de Chrome est de 32% en août 2013 (+5,2 points vs août 2012), soit un écart de plus de 10 points avec Internet Explorer. Depuis juillet 2013, Safari occupe la 3ème place devant Mozilla/Firefox.
  • En France, Chrome creuse l’écart : 28,1% des visites en août vs 25,2% pour Internet Explorer.

Chrome est encore loin d’être le navigateur favori au Royaume-Uni et en Allemagne mais il poursuit son ascension en particulier au Royaume-Uni

  • Au Royaume-Uni, Safari est le navigateur le plus plébiscité avec 33,8% des visites en août 2013. Google Chrome, avec une part de 24,2%, est en passe de prendre la seconde place à Internet Explorer : 1,7 point les séparent en août 2013 vs plus de 4 points en juin 2013.
  • En Allemagne, Firefox conserve sa place de leader mais perd toujours du terrain (près de trois points en moins entre août 2012 et août 2013). Sa part reste néanmoins nettement supérieure à la moyenne européenne : 38,2% des visites en août 2013 vs 21,3% en Europe. Chrome est toujours 4ème (13,9%) derrière Safari (14,4%).

A grand renfort de campagnes de communication, Google Chrome a réussi à atteindre la plus haute marche du podium. Après avoir pris la seconde place à Firefox en fin d’année dernière, il supplante en juillet 2013 le leader historique du marché, Internet Explorer, qui perd plus de 9 points en un an. Fortement plébiscité en France et en Espagne où il occupe la place de N°1 depuis quelques mois, Google Chrome n’est plus très loin de prendre la seconde place à Internet Explorer au Royaume-Uni, fief de Safari.

Safari, porté par le succès d’Apple, atteint 17,8% des visites en Europe en août 2013 et se rapproche doucement mais sûrement de Firefox (21,3%) qui perd 3 points sur l’année écoulée. Safari assoit sa position de leader au Royaume-Uni avec désormais une visite sur trois.

Avec une part de visites de 27,2% en août 2013, Google Chrome va-t-il continuer à creuser l’écart avec ses concurrents dans les mois à venir ?

Déjà surpuissant sur le secteur de la recherche et de la publicité en ligne (une part de marché estimée de plus de 30% avec un chiffre d’affaires qui devrait s’élever à 32,73 milliards de dollars selon eMarketer.com), Google s’empare peu à peu du marché des navigateurs… jusqu’à une situation hégémonique pour tout contrôler ?

Sous couvert de la protection de la vie privée des internautes et de par sa position dominante, Google impose ses règles au secteur du web marketing : mise en place du protocole https qui touche de plein fouet le monde du SEO, annonce de projets privant les acteurs du web marketing de données essentielles à leurs services, mais qui seraient disponibles pour sa propre activité de ciblage publicitaire…

Un Web 100% Google… est-ce à souhaiter pour les internautes ?

Méthodologie

Nous nous intéressons ici à la répartition moyenne, par navigateurs, des visites enregistrées pour un périmètre de sites Web (hors sites mobiles).

Lors de la constitution du périmètre, un site n’est retenu que si les critères de sélection mis en place sont respectés. Ces critères sont stricts, leur but est d’écarter les sites d’audience anecdotique, d’audience chaotique, ou dont les données collectées soulignent un dysfonctionnement dans la mesure.

Pour chaque pays, nous étudions la consultation des sites dont le trafic est majoritairement généré dans le pays considéré, et uniquement les visites réalisées depuis ce pays. Une répartition moyenne par site, des visites est calculée. Pour chaque site retenu, la part de visites de chaque navigateur correspond à la totalité des visites du navigateur considéré par rapport à la globalité des visites tous navigateurs confondus, sur la période étudiée.

L’indicateur de l’Europe se veut, dans cette étude, représentatif des pays audités qui la composent. Les parts de visites moyennes en Europe correspondent à la moyenne des indicateurs des 23 pays étudiés. Les poids de chaque pays sont homogènes.

Les 23 pays étudiés sont : L’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République-Tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Suède et la Suisse.